Deux collèges sans EPS* : une situation inacceptable ! Portons ensemble un plan d’urgence de recrutement !

En juin dernier, après un travail auprès des équipes EPS, nous avons pu dresser un bilan non exhaustif mais alarmant sur le nombre d’heures d’EPS non rendues aux élèves sur l’année scolaire 2018-2019 (à partir de + de 15 jours d’absence). La palme de longévité du non remplacement revient au LP de Chardeuil en Dordogne : 28 semaines sans EPS pour 3 classes  et un forfait en moins pour l’AS!

Ce bilan fait apparaitre 3934 heures d’EPS non dispensées, soit l’équivalent de 2 collèges de 16 classes ou 1000 élèves privés d’EPS sur une année scolaire ! Nous avons accueilli la nouvelle rectrice en lui remettant ce bilan ahurissant pour l’EPS dans notre académie.

La situation pour cette année n’est pas rassurante.

Nous enregistrons un manque criant de TZR disponibles pour cette rentrée : 13 TZR soit un potentiel de remplacement de moins de 1% (quand nous revendiquons 10% !). Dès le jour de la pré-rentrée des manques d’enseignants étaient constatés (clg de Latresne, clg de Coutras, clg de Guitres, lycée de la Réole…) et au 16 septembre, 74 non titulaires sont déjà employés.

Notre académie fait partie des rares dans lesquelles le nombre de non titulaires dépasse celui des TZR, la continuité des services publics de l’EPS et du sport scolaire est mise à rude épreuve.

 

Alors que les effectifs dans le 2nd degré poursuivent leur progression (+ 34 400 en 2019, + 30 000 en 2020, + 30 000 en 2021) il est urgent d’investir dans l’éducation.

La situation actuelle est inacceptable pour nos élèves en matière de conditions d’étude, pour les professeurs en matière de conditions de travail et également pour tous les collés du CAPEPS !

Les besoins sont immenses.

Nos revendications sont claires et en adéquation avec la réalité du terrain :

  • mise en place d’un grand plan de titularisation avec la création de 1500 postes au CAPEPS (interne et externe),
  • formation des enseignants,
  • baisse des effectifs dans les classes.

 

En cette rentrée et pendant toute l’année, c’est ensemble que nous devons agir ! Grâce aux données de terrain, heures non assurées, forfait AS manquant, non remplacement, prévisions des effectifs rentrée 2020 à la hausse …, nous avons tous les moyens de prouver que les besoins sont fondés et indispensables pour assurer un enseignement à la hauteur des ambitions affichées !

C’est en répondant aux enquêtes de rentrée SNEP FSU, celle sur la DGH en janvier, que nous pourrons être réactifs et nous organiser ensemble pour porter des propositions.

 

 

* Le nombre d’heures subtilisées représente l’équivalent de l’horaire EPS pour 2 collèges de 16 classes sur un an. Evidemment, la pénurie est répartie et c’est bien une des stratégies pour affaiblir les services publics : démanteler par « petites touches » au lieu de fermer brutalement et directement des services. Mais mis bout à bout, le résultat est là. Il est donc nécessaire que vous nous transmettiez l’information pour recenser les manques.